AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [En cours] Tout le bonheur du monde

Aller en bas 
AuteurMessage
Yamada

avatar

Féminin
Nombre de messages : 120
Age : 36
Localisation : Dans les bras de Pi-chéri
Date d'inscription : 23/11/2008

Japan love Awards
Japan love Awards 2008:

MessageSujet: [En cours] Tout le bonheur du monde   Lun 8 Déc - 22:52

Bon, je sais, je commence une nouvelle fic sans finir l'autre... MAIS c'est un style très différent. Je vous laisse découvrir le premier chapitre, n'hésitez pas à commenter ;)

Sujet : heu toujours Yamapi xD

~~~~~

Chapitre 01

Cela devait faire pas loin de dix minutes qu'Ayumi s'examinait dans le miroir. Elle avait fini de s'habiller, de se coiffer et était prête, mais ne voulait pas y aller. « Qu'est-ce qui m'a pris d'accepter ? » maugréa-t-elle. Elle posa ses mains à plat sur ses joues et souffla. « Yosh, j'y vais ! ». Rei était déjà dans l'entrée en train de mettre ses chaussures.

- « Dépêche-toi on va être en retard ! »

Ayumi prononça des paroles inintelligibles mais se pressa un peu. Elles se rendaient à un gokon ce soir et ça ne lui plaisait guère. Rei avait insisté, lui disant que ça lui ferait une super expérience.

Ayumi était européenne, pas japonaise. Elle avait débarqué quelques semaines auparavant pour y étudier, elle pensait y rester quelques années. Sa mère étant japonaise, elle avait été élevée dans un mélange de culture européo asiatique, mais malgré ses voyages au Japon, n'avait jamais été impliquée dans la vie des jeunes japonais. Le gokon, il fallait bien y passer une fois ! C'est ce qu'elle ne cessa de se dire pendant les quinze minutes à pied jusqu'au lieu de rendez-vous. Le lieu en question était un bar-club plutôt à la mode. Les quatre filles descendirent au sous-sol pour y retrouver les garçons qui les attendaient déjà. Rei se pencha vers Ayumi .

-« Regarde ça, il a vraiment trouvé des perles cette fois ! »
- « Rien d'intéressant ! » répliqua Ayumi.
- « Haiyai ! Comment tu peux dire ça alors que certains ont même le dos tourné ? »

« Evidemment parce qu'un mec d'un gokon ne m'intéresse pas » pensa-t-elle à part elle, mais elle ne dit rien et sourit.

Les présentations furent faites et ils commencèrent à trinquer, se posant mille questions toutes plus stupides les unes que les autres. Ayumi repéra rapidement celui qui, le plus dans le fond, semblait s'ennuyer à mourir. Elle se dit que peut-être il y avait quelqu'un d'intéressant.

- « T'es obligée de me regarder comme ça ? C'est pas parce que t'es européenne que tu peux tout te permettre ! » Sa voix aurait pu être jolie... si on ne tenait bien sur pas compte de ce qu'il venait de dire !

- « Faut pas venir à un gokon si t'as pas envie qu'on te regarde ! » répliqua-t-elle sur le même ton sec qu'il avait utilisé. Evidemment, le seul un peu convenable avait un caractère de chien !

Au bout d'une heure, n'y tenant plus, elle sortit prendre l'air. Elle déballa nerveusement une sucette qu'elle se cola dans la bouche en soupirant.

-« Haa~ ça fait du bien ! »

Une voix derrière elle la fit sursauter.

- « Normalement c'est une clope qu'on fume, à moins que t'aies pas encore l'âge ! »
« Putain, pensa-t-elle, il me suit, c'est pas possible ! »

- « Je ne fume pas, je tiens à ma vie ! Et mêle-toi de ce qui te regarde ! »

-« He bien dis donc, je pensais que les européennes étaient charmantes... »

- « Désolée je suis pas française. Navrée de te décevoir mais je ne suis pas charmante ! »

- « Ca j'avais remarqué... »

- « Ayu ! »

La voix de Rei les tira de leur prise de bec.

- « Je me demandais où tu étais passée ! » dit-elle en rejoignant la jeune fille.

- « Mhh~, j'aimerais n'être déjà plus ici ! »

- « Ayu... » Puis avisant le garçon qui retournait à l'intérieur : « Han, j'avais pas vu que Yusuke était là aussi, qu'est-ce qu'il faisait là? »

- « Il fumait sa clope, envoyait un message à sa copine, venait m'emmerder ! Qu'est ce que je sais moi ce qu'il faisait là ? »

Exaspérée, Ayumi tourna les talons et retourna à l'intérieur. Peu après, ils décidèrent de partir. Comme ils allaient se séparer, l'un des garçons (« Etait-ce Hitoshi ? Ou Hare ? Enfin peu importe... ») vint maladroitement vers elle pour lui demander son numéro de portable. Elle prit son plus beau sourire et lui annonça qu' « elle n'avait pas encore eu le temps d'acheter un téléphone et n'avait donc pas de numéro. Désolée et bonne nuit. » Sur quoi elle salua le groupe et prit la direction du retour. Sans Rei puisqu'il semblait qu'elle passerait la soirée avec son tout nouveau copain.

Le lendemain, Yusuke alla prendre un verre avec deux très bons amis à lui.

- « Alors ce gokon ? » demanda Yamashita avec un sourire en coin.

- « Bof, chiant comme d'habitude ! Ha ! Il y avait une fille qui devrait bien vous plaire... »

Jin soupira :

- « Tu sais que les filles que tu aimes en général... »

- « Elle me déteste si ça peut te rassurer ! »

- « Ah, alors il y a peut-etre moyen ! » rigola Yamashita.

- « Tu nous la présente ? » demanda Jin avec des yeux de cocker.

- « Mhh ça va etre dur... Je vais avoir besoin d'aide... »

Sur ce, il sortit son portable et composa le numéro de Rei.

Deux jours plus tard, retour devant son miroir, Ayumi ajustait ses cheveux. Elle sortait avec Rei et des amies ce soir, rien de mieux que d'aller boire un peu pour se remettre d'une dure journée d'unif.

Elle arrivèrent au bar vers 17h, parlant et rigolant, franchirent les portes et se retrouvèrent face à Yusuke et des amis. Elles ne virent pas Jin et Yamapi qui se tenaient un peu plus loin pour ne pas attirer l'attention. Ayumi se figea, soupira et fit demi-tour.

- « He, Ayu, attends ! » cria Rei. Mais la jeune fille était déjà dans la rue. Yusuke soupira et se leva pour essayer de la rattraper.

- « Hoi ! HOI ! Attends ! »

- « Je m'appelle pas Hoi, figure-toi ! Et non, je n'attends rien du tout ! »

Elle le laissa là et traversa la rue pour quitter cet endroit. Elle marcha jusqu'à la plage toute proche et se laissa aller à son énervement, faisant les cent pas pour se calmer. Puis, elle finit par s'asseoir sur un muret et sortit un livre de son sac. Le meilleur calmant du monde !

Elle était prise dans la guerre entre les nains et les elfes quand une voix sarcastique et bien trop familière la fit sursauter.

- « Quoi ? Tu nous plantes pour lire un bouquin ? J'y crois pas... »

Avec un soupir non dissimulé, elle ferma lentement son livre, essayant de contrôler sa colère. Cette fois, c'était sur, il la suivait.

- « Putain ! T'es chiant, tu vas me suivre partout ? T'es quoi, un caniche ? Et après ça, quoi tu vas... »

Le dernier mot mourut sur ses lèvres, elle venait de se retourner et de tomber nez à nez avec Yamapi et Jin. Un sourire s'étala sur les lèvres de Yusuke. Avec eux au moins, elle resterait. L'esprit d'Ayu fut blanc quelques secondes. Elle était sure que Yusuke lui avait parlé, mais elle ne l'avait pas entendu.

- « Domo, Yamashita Tomohisa desu ! »

- « Akanashi Jin desu ! »

- « Ha, tant mieux pour vous ! Bonne nuit ! » Répondit-elle en tournant les talons et partant le long de la digue.

Les trois garçons ne bougèrent pas, trop ahuris.

- « Ben merde, commença Yamapi, on vient de se faire jeter »

- « Par une fan » renchérit Jin.

- « PUTAIN J'Y CROIS PAS ! » Yusuke était en rage. « C'est pas possible, faut qu'elle se soigne ! »

- « T'es sur que c'était une fan ? » demanda Jin perplexe.

- « Ouais, Rei en est certaine, enfin de Yamashita en tous cas. Sure et certaine. »

Ayumi s'arrêta quelques centaines de mètres plus loin, à bout de souffle comme elle avait finit par courir. Elle composa fébrilement un numéro et attendit.

- « Moshi mosh »

- « Ha, Kana ? C'est Ayu ! »

- « Ayu ? T'as une petite voix, tout va bien ? »

- « Non, tout va pas bien ! Je dirais même plus, tout va mal ! »

- « Que s'est-il passé ? »

Ayumi lui relata les événements récents.

- « Et tu abandonnes juste comme ça ? »

- « Non bien sur, mais comprends-moi ! Je viens au Japon sur un coup de tête, parce que je sais que je l'aime. Ca fait très fangirl ce que je dis, mais c'est tellement vrai. Avoir mal, etre heureux, pleurer et rire juste à cause d'une personne, je crois qu'il s'agit bien d'amour non ? Je l'aime. Je suis venue au Japon juste pour le rencontrer, au fond, et il a fallu qu'il soit pote avec ce dégénéré du cerveau ! »

- « Et Jin il est comment ? »

- « Putain Kana ne change pas de sujet ! Qu'est-ce qu'on s'en fout de Jin ? Je te dis que Yamashita était là, près de moi et que je l'ai envoyé chier parce que c'est cet abruti qui me l'a présenté ! Si ça tombe je ne le reverrai pas ! Haaa et quand bien même je le reverrais... »

- « Sois amie avec ce Yusuke... »

- « C'est pas mon genre ! Pas du tout mon type d'aller copiner ce crétin des îles juste parce qu'il connaît l'homme de ma vie ! Faut pas déconner ! »

- « Ok ok. Tu veux passer à la maison ? On boira ensemble... »

- « Oui, je pense que ... »

- « Ayu ? »

La jeune fille s'était figée. Alors qu'elle se retournait, elle se retrouva face à Yusuke, Jin et Yamapi dont le sourire en coin en disait long sur ce qu'ils avaient entendu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.noshamsters.be/niena
Yamada

avatar

Féminin
Nombre de messages : 120
Age : 36
Localisation : Dans les bras de Pi-chéri
Date d'inscription : 23/11/2008

Japan love Awards
Japan love Awards 2008:

MessageSujet: Re: [En cours] Tout le bonheur du monde   Jeu 11 Déc - 16:57

Allez, je vais vite pour le moment. Ce chapitre est un peu plus court que le précédant, mais la suite doit tenir en un blog, je ne pouvais pas l'arrêter après...

Explications : doki doki = bruit du coeur qui bat fort
La sonnerie de portable c'est le solo de Yamapi
Stalker = personne qui espionne qq'un, pervers.
Tadaima = formule qu'on dit en arrivant chez soi (un peu genre "je suis rentré")


Chapitre 2

- « Haa… »

Que faisais-elle dans ce bar ? Comme s’était-elle laissée embobiner de la sorte ? C’est Yusuke qui lui avait demandé si elle ne voulait pas venir boire un verre avec eux, elle s’était apprêtée à répondre de manière bien sentie mais fut arrêtée net par le sourire de Yamashita. Et elle avait accepté ! M’enfin, pourquoi ? Et maintenant, elle s’emmerdait dans un silence de mort, elle buvant son verre de tequila devant les regards ahuris des trois garçons, qui restaient muets de stupeur.

- « Alors les européennes boivent… »

- « Merde, tu vas pas, en plus, commencer avec tes remarques sexistes, machistes et racistes ! »

Vexé, Yusuke se tut, mais le sourire des deux autres grandit. Ils finirent par éclater de rire et la jeune fille releva la tête, surprise.

- « On peu te poser des questions ? » demanda Jin.

- « Tant que c’est rien de personnel, ça ira… »

- « A quel âge c’était ton premier bisou ? » demanda Yusuke, railleur.

- « 6 ans » répondit-elle du tac au tac.

Ils éclatèrent de rire et elle mit plusieurs secondes à comprendre pourquoi.

- « Haa si c’est ça que vous appelez des questions personnelles alors vous pouvez y aller ! » ricana-t-elle.

- « Ha erm, pourquoi tu es au Japon ? Tu vas y rester longtemps ? »

- « Alors CA, c’est personnel ! » dit-elle d’un ton boudeur en buvant une gorgée de plus.

- « … »

(Sonnerie de portable) Kisu de kisu de ichioku kai tashikameatta kedo - Dokoka nani ga mitasarenai - Futari kanjiteitanda kono koi no ketsumatsu - Ah gomen ne juliet

Elle farfouilla dans son sac mais trouva le téléphone trop tard, jura et le rangea. Relevant la tête, elle se retrouva face à deux sourires bien trop larges et un Yusuke qui faisait la gueule (ha, mais ça c’est normal…). Elle les regarda alternativement, tentant de deviner la raison d’une telle joie soudaine, puis réfléchit posément.

« Alors ça a sonné, j’ai pris mon tel, j’ai vérifié, je l’ai rangé. Mhh Qu’est-ce que j’ai loupé ? Ca a sonné, j’ai pris le… HA ! La sonnerie ! Mince ! »

- « Bon, quand t’auras fini de faire ta fangirl on pourra peut-être parler un peu ? » demanda Yusuke dont l’humeur était de pire en pire.

La jeune fille ne répondit pas, se leva soudainement, prit son sac et, saluant les trois garçons, sortit presque en courant.

Yusuke soupira. Ca ne servait à rien d’essayer. Jin, remarquant son regard, lui remonta le moral.

- « Allez, l’amour commence toujours pas une bagarre à ce qu’on dit ! Ne t’inquiète pas, elle reviendra ! »

- « De quoi tu parles ? » Il secoua la tête. « Si elle pouvait ne plus revenir, ce serait un cadeau de Dieu ! »

- « Ca doit etre la première fois qu’une fan réagit comme ça. » coupa Yamapi. « On pouvait presque lire le dilemme dans ses yeux ! » Il rit de bon cœur.

- « Ouais, ajouta Jin, ça c’est pas la première fois ! Mais d’habitude elles tiennent bon et ont ce qu’elles veulent… Elle, elle est vraiment bizarre ! »

- « … mais intéressante ». Yamashita ne s’était pas départi de son sourire mais ses yeux restaient pensifs.

Quand Yusuke fut parti, Jin se tourna vers son meilleur ami.

- « Haa haa, on dirait qu’il s’est enfin trouvé quelqu’un… »

- « … »

- « Allo Pi ? Y a quelqu’un ? »

- « Mhh . Tu disais ? »

- « Rien, rien ! »

« On dirait qu’il est pas le seul, non plus… » Jin soupira. Ca, ça n’allait pas être simple !

- La semaine suivante –

Ayumi sourit en finissant ses achats. Elle avait pu terminer son travail plus tôt aujourd’hui vu le peu de monde qu’il y avait et en avait profité pour faire un peu de shopping. Elle n’avait pas revu Yamashita, ni Jin, ni même ce crétin de Yusuke. « Chaque chose en son temps » pensait-elle chaque matin, chaque soir, et en gros, chaque fois qu’elle repensait à toute cette histoire.

- « Tadaima ! » dit-elle en retirant ses chaussures à l’entrée de l’appart qu’elle partageait avec Rei.

Du bruit venait du salon et elle se doutait que des amis à sa colloc était (encore -_- ) là. Elle déposa les achats à la cuisine et avança vers le salon pour saluer tout le monde.

- « Rei, j’ai acheté pour nous deux, pas pour nourrir un cirque complet ! » dit-elle en rigolant. « Tu avais l’intention de faire quoi ce s… »

Le dernier mot mourut sur ses lèvres (Ha, mais décidemment, ca devenait vraiment une habitude !) à la vue des fameux amis au salon.Yusuke, face à elle, Jin à sa gauche et, dos à elle, Yamashita.

- « MAIS C’EST PAS VRAI ! T’es quoi ? Un stalker ? Qu’est-ce que tu fous dans MON appart ? »

Rei se leva précipitamment.

- « Heu, Ayu ? Ca ne va pas ? » demanda-t-elle le sourire au lèvres. Sourire dont elle ne se départit pas en se penchant et lui chuchotant « Mais merde, t’as un problème Ayu ? C’est Yamapi et Bakanishi ! Que t’aimes ou non Yusuke j’en ai rien à faire ! Ils restent ici ! »

- « Ah ils restent ici ? » Ayu était furieuse. « Eh bien alors, j’ai plus qu’à partir hein… »

Sur ce, elle reprit son sac et sortit.

- « Ayumi, attends ! » Yamashita s’était levé mais la jeune fille était déjà dehors et la porte était close. Il soupira.

- « Sale caractère ! »

Ayumi marcha plusieurs kilomètres avant de s’arrêter.

« Mais qu’est-ce que j’ai encore fait ? » pensa-t-elle. « C’est fou ! J’aurais pu supporter ce crétin et faire connaissance avec Yamashita.. Non, supporter ce crétin est au-dessus de mes forces ! Même pour l’amour de ma vie ! Je peux pas. Je peux pas. Je peux pas. C’est de sa faute, après tout ! S’il n’était pas là, je réagirais sûrement mieux… enfin moins mal… Mais quand il est là, mon petit cœur fait doki doki et impossible de rester calme. Ha, sérieux, Yamashita, pourquoi tu sembles être exactement comme je le croyais ? Si seulement t’étais super différent, ca n’aurait déjà plus aucune importance… Je me concentrerais sur mes études et basta ! Mhh, peut-être qu’il est différent, peut-être que je n’ai pas parlé assez avec lui que pour m’en rendre compte ? Attends une seconde Ayu, mais t’as quasiment PAS parlé avec lui ! Ah oui, voilà voilà c’est ça ! J’invente encore, je divague. Il est forcément différent. Forcément. »

Elle prit une grande inspiration.

« Bon, la prochaine fois que je le vois, j’ignore Yusuke et j’essaie de lui parler ! Histoire de me prouver que j’ai tord. Et juste après, j’étudie pour mes tests ! Voilà, super plan ! »

Et un sourire aux lèvres, elle marcha jusque chez Kana.

-- 2 jours plus tard –

- « Tadaima ! »

Elle avait à peine prononcé le mot. Elle était crevée, avait eu trop de cours aujourd’hui, un mal de crâne la suivait comme son ombre depuis neuf heures du matin. Il pleuvait. Il y avait du vent, et elle détestait ça. Ses nouvelles chaussures lui faisaient mal aux pieds. Son sac était trop lourd et lui sciait l’épaule. Elle s’était fait éclabousser par une voiture et, en plus d’être trempée, était sale. C’était un nouveau manteau. Elle n’avait rien de bon à manger ce soir. Yusuke était dans le salon. L’interphone était… QUOI ? Yusuke ? Elle tourna la tête si violemment que ses vertèbres cervicales émirent un vilain craquement de protestation. Elle ravala un juron et, se massant la nuque, s’avança jusqu’au salon.

- « … »

- « Ha, salut Ayumi ! » dit Jin d’un ton enjoué.

Elle lui répondit par un vague signe de tête, les yeux rivés sur Yusuke. Décidemment, sa journée était vraiment la pire d’une longue période. Sans un mot, elle fit demi-tour et sortit.

« Au temps pour essayer de lui parler et tout le tralala » maugréa-t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.noshamsters.be/niena
Yamada

avatar

Féminin
Nombre de messages : 120
Age : 36
Localisation : Dans les bras de Pi-chéri
Date d'inscription : 23/11/2008

Japan love Awards
Japan love Awards 2008:

MessageSujet: Re: [En cours] Tout le bonheur du monde   Mer 24 Déc - 16:21

Chapitre 03

Ayumi parcourut les derniers cents mètres le sourire aux lèvres. Elle avait bien dormi et était en pleine forme. Elle avait beaucoup réfléchi ces derniers jours et avait pris une bonne décision : elle ignorerait Yusuke, aussi difficile que ça puisse être, pour faire la connaissance de Yamashita. Ce ne serait pas aisé, sa haine envers Yusuke semblait venir des tréfonds de son cœur, elle en ignorait la raison et souhaitait qu’il en soi ainsi. Peu lui importait de savoir si c’était sa coupe de cheveux ou son caractère qu’elle ne pouvait supporter, elle ne savais pas le voir un point c’est tout.

Elle tourna à l’angle de la rue et arriva en vue du karaoké où ils avaient rendez-vous. Elle était un peu en retard et n’attendit donc pas dehors, sachant qu’ils avaient sûrement déjà commencé sans elle. Elle passa dans les couloirs et entendit de loin la voix railleuse et fausse de Rei qui, comme à son habitude, s’en donnait à cœur joie. Un sourire flottant sur ses lèvres, elle inspira un coup avant de franchir le pas de la porte… et de se figer net. Oh bien sur, Yusuke était là, mais pour une fois il avait de la chance, il avait de la concurrence dans le top 5 des gens à haïr. Assise, lovée contre Yamashita, une fille, belle, grande, mince, brune, douce, charmante, stupide… On aurait dit l’exact opposé d’Ayu.

L’esprit de la jeune fille, choquée, fut blanc un long moment. Rei n’avait pas cessé de chanter tout simplement parce qu’elle n’avait rien remarqué, trop enfoncée dans son trip de star. La fille en question sourit à la nouvelle arrivante et Yamashita se tourna à ce moment-là, leurs regards se croisèrent. Ayumi était trop ébranlée que pour déchiffrer ce qui s’y trouvait, sinon elle aurait probablement hésité avant de faire demi-tour. Personne n’eut le temps de prononcer un seul mot avant qu’elle n’ait refranchi la porte et disparu de leur champ de vision.

Bien sur qu’il avait une copine ! Comment avait-elle pu être aussi bête que pour ne pas s’en douter ? Un mec comme lui, évidemment qu’il avait une copine ! L’esprit embrouillé, la vision floue, elle sortit du bâtiment et marcha au hasard des rues pendant plusieurs heures jusqu’à ce que, à bout de force, elle se laisse tomber sur un banc devant une petite échoppe de ramen.

*** La semaine suivante ***

Elle finit par s’endormir, ses yeux trop lourds ne tenaient définitivement plus ouverts. Elle rêva un peu, des rêves débiles de licornes et d’enfants, d’un Yamashita ange gardien et d’une fille avec une fourche et des cornes. Puis, quelques heures plus tard, elle s’éveilla, le cou douloureux vu sa position, la marque des cahiers imprimés sur son visage. Elle se frotta les yeux et se remit au travail.

Le groupe arriva chez Rei vers 17 heures. Ils avaient convenu de faire une soirée vieux films d’horreur entre eux, avec Rei comme seule fille puisque Thoru-madame-parfaite était chez une amie. Yamashita resta debout dans l’entrée.

- « Ayu n’est pas là ? »

Il vit du coin de loin Yusuke faire une grimace mais ne s’en préoccupa pas.

- « Ayu ? Je ne sais pas du tout où elle est. Elle n’est pas rentrée depuis quoi, une semaine ? Enfin, je ne suis pas sa mère elle fait ce qu’elle veut, mais pour quelqu’un qui veut réussir l’unif je la trouve bien laxiste… Ah ! Yamashita kun, où tu vas ? »

- « Désolé, j’avais oublié un truc important ! Je vous rejoins tout à l’heure si je peux ! »

Et sur ce, il sortit sans autre explication.

Il mit pas loin de deux heures pour la trouver. Il se doutait qu’elle devait traîner dans ces cafés où les étudiants pouvaient travailler au calme, mais Tokyo rengorgeait littéralement de ces cafés. Enfin, il finit par l’apercevoir dans un établissement du nom de « Rose Diary ». Il pensait qu’elle étudiait, mais en approchant il réalisa qu’elle dormait, la joue contre ses blocs de cours. Elle avait cependant des énormes cernes sous les yeux, ses traits étaient tirés même dans son sommeil. Comme il s’assit sans bruit en face d’elle, le patron s’approcha et la secoua doucement.

- « Hoi, Ayu ! Ce jeune homme veut te parler je pense ! »

Yamashita voulu protester mais la jeune fille levait déjà péniblement la tête. Le patron posa un verre de thé glacé devant elle ainsi qu’une enveloppe.

- « C’était du bon travail, mais là ça se calme pas mal, je n’aurai plus besoin de toi ! »

Il lui tapota l’épaule puis retourna derrière son bar. Quant à elle, Ayu émergeait lentement. Elle avala quelques gorgées de thé et rangea tant bien que mal l’enveloppe dans son sac. Il avait parlé d’autre chose aussi… De quoi ?... Ah oui un jeune homme. Un jeune homme ? Elle finit par lever la tête et tomba nez à nez avec le légendaire sourire ravageur de Yamashita en personne.

- « mhhh yo. Qu’est-ce qui t’amène ici ? » demanda-t-elle tout en se frottant les yeux.

- « Je me demandais si tu étais encore en vie ! » dit-il en rigolant doucement.

- « Mhh nantoka »

- « Soo… »

Il s’appuya sur son coude en l’observant boire la fin de son verre et s’étirer.

- « Tu devrais dormir un peu. »

- « Je dors très bien, je ne vois pas de quoi tu parles ! »

- « Hun hun c’est ca ! Tu n’as fait que ça, hein ? Etudier, bosser, étudier, bosser… »

- « … et ta copine ? » Le ton montrait clairement qu’elle s’en foutait, que c’était juste pour faire la conversation et ne pas rester dans ce silence trop pesant.

- « Ha ! » Il rit. « C’est un peu compliqué, elle veut un peu régir ma vie à sa façon ! Enfin, comme chaque fois, quoi ! » Il rit encore.

- « Désolée d’apprendre ça… » Elle était en train de ranger ses affaires. A l’instant même où elle finissait, Yamashita l’attrapa par le poignet et sortit, la forçant à le suivre. Tant bien que mal, ses jambes étaient engourdies par la fatigue accumulée.

- « Mais qu’est-ce que tu fais ? On va où là ? »

Le garçon ne répondit pas et déverrouilla sa voiture, garée un peu plus loin. Il la fit monter côté passager, puis prit place et démarra. Il roula un petit moment sans émettre un son, les lèvres serrées, le regard obstinément braqué devant lui, alors qu’elle essayait désespérément d’obtenir une réponse. Elle finit par se lasser et posa son front contre la vitre, regardant le paysage défiler. Ils avaient quitté Tokyo et s’enfonçaient dans les coins moins éclairés. Au bout d’un temps interminable, Yamashita prit la parole.

- « Désolé d’avoir été si brutal, mais il y a un endroit que je voudrais te montrer. » Il sourit. « Peut être que ça pourra t’aider à décompresser, en tous cas pour moi ça fonctionne bien. » Souriant toujours, il tourna enfin les yeux vers elle…. pour voir qu’elle s’était endormie.

- « Mattaku ! Non mais vraiment ! »

Ayumi se réveilla quand la voiture s’arrêta. Toujours bougonne, elle descendit et faillit perdre l’équilibre, se redressant juste à temps pour ne pas tomber. Elle jura mais quand elle vit le décor, elle s’arrêta net. Une mer de lucioles s’étalait sous leurs pieds, chaque maison, chaque pylône contribuant à un grandiose paysage. Tokyo, de nuit et de loin, était la vue la plus belle qui lui ait été donné de contempler. Elle en eut le souffle coupé. Aucun mot ne pourrait décrire les sentiments qui la traversèrent à ce moment-là. Elle fit quelques pas pendant que Yamashita allait et venait entre elle et la voiture. Il installa une couverture et s’y assit, tapotant la place à côté de lui pour qu’Ayumi le rejoigne. Elle finit par obtempérer, les yeux toujours rivés sur les milliers de points lumineux. Puis elle remarqua le large panier devant elle et interrogea le garçon du regard. Il éclata de rire.

- « Si je t’avais demandé un rendez-vous tu n’aurais jamais accepté avec ton sale caractère ! »

- « Evidemment que je n’accepterais pas ! Nom d’un chien, Yamashita, tu as une copine, tu traînes avec un abruti fini et en prime j’aurais jamais le courage d’affronter un rencard avec toi, quand bien même tu… »

Ses yeux étaient allés de la voiture au paysage, du garçon au panier qui, elle venait de le réaliser, était un bento à la taille de l’appétit du propriétaire. Elle était un peu lente, mais elle venait de comprendre. Elle y était, à son rendez-vous ! Yamashita ne put s’empêcher de rire encore plus en voyant le flot d’émotions contradictoires se succéder dans les yeux de la jeune fille.

- « Pour me faire pardonner » dit-il avec ses yeux de cocker.

- « Hein ? De quoi ? »

Alors là, elle ne comprenait vraiment plus rien.

- « J’aurais pas du inviter Thoru en sachant que tu venais l’autre fois »

- « Alors elle s’appelle Thoru Madame-Parfaite… » marmonna-t-elle entre ses dents. Puis plus haut « Je ne vois pas pourquoi tu dis ça ! C’est ta copine après tout ! »

Il eut un regard un peu triste, mais sourit et oublia le sujet. Ils mangèrent le bento (« Il est délicieux c’est toi qui l’a fait ? Tu cuisines bien ! » « Ha non c’est ma mère qui l’a préparé » « … ») en parlant un peu de tout et de rien. Elle comprit deux choses ce soir là. D’une, c’était bien Yusuke qui la mettait dans cet état d’énervement, seule avec Yamashita, elle se sentait bien et relaxée. De deux, il était EXACTEMENT comme elle le pensait, et elle ne mit pas longtemps à réellement tomber amoureuse de lui. En réalité, elle ne le comprit pas réellement, ce fut plus du ressenti, un vague sentiment d’être arrivée, enfin, à destination, l’envie de crier « tadaima » et de se blottir contre lui, le certitude que son cœur ne pourrait pas supporter un gramme de bonheur supplémentaire sans déborder.

Ils observèrent la ville scintillante en silence, chacun perdu dans ses pensées. Au bout d’un moment, le garçon s’étira.

- « On devrait y aller, il se fait… » il ne finit pas sa phrase, la jeune fille s’était endormie, roulée en boule sur la couverture.

- « Encore ! Eh ben décidemment, je dois pas être un mec super intéressant ! » pensa-t-il en souriant.

Il dégagea une mèche de cheveux qui retombait sur le visage d’Ayumi, et au bout d’un long temps d’hésitation, se pencha en avant et effleura doucement ses lèvres. Il resta un instant à l’observer puis, au prix d’un gros effort, la secoua légèrement pour la réveiller.

Il la déposa devant son appart, et voyant son hésitation, il la poussa un peu.

- « Tu as besoin de sommeil, et Rei se fiche pas mal que tu sois là ou non, tant que tu paies ton loyer ! Allez, va dormir ! »

- « Mhh tu as raison… Merci… pour ce soir. »

Il ne répondit pas mais se pencha et l’embrassa légèrement sur la joue. La jeune fille le regarda ahurie et il rit, pensant à part lui qu’elle dormait bel et bien là bas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.noshamsters.be/niena
lil-yumi
Fondatrice
Fondatrice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1456
Age : 30
Localisation : mangaland et le vrombissement de Akitô u_u
Emploi/loisirs : Mangas
Humeur : Nyappy ^__^
Date d'inscription : 29/06/2008

Japan love Awards
Japan love Awards 2008:

MessageSujet: Re: [En cours] Tout le bonheur du monde   Jeu 1 Jan - 5:18

nyaaaa en effet c'est un autre style différent ^^
c'est bien =)
continue
la suiteuhh

_________________

Kdo by pichy ..: Arigatô ^.^

yumi I love onigiri *o*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://japan-love.forumperso.com
Yamada

avatar

Féminin
Nombre de messages : 120
Age : 36
Localisation : Dans les bras de Pi-chéri
Date d'inscription : 23/11/2008

Japan love Awards
Japan love Awards 2008:

MessageSujet: Re: [En cours] Tout le bonheur du monde   Dim 11 Jan - 21:27

Bon voici le chapitre 4, un peu court et très sombre lol mais ca ne durera pas, promis XD

Chapitre 4 :

Elle flottait sur son nuage. Il s’était passé trois jours depuis son rendez-vous forcé avec Yamashita, mais elle ne redescendait pas. Même si elle n’avait pas tout compris, même s’il avait une copine, même si depuis ce soir-là elle n’avait plus eu aucune nouvelle, elle ne pouvait empêcher son esprit de vagabonder systématiquement sur le jeune homme. Elle essayait d’étudier beaucoup pour se changer les idées, mais la concentration, qui n’avait d’ailleurs jamais été son truc, semblait la fuir comme la peste.

Au bout d’une semaine sans nouvelle, elle finit par se dire que c’était une passade de sa part, ou bien juste pour se distraire. Son moral était tombé au plus bas, ou du moins le pensait-elle. Au bout de deux semaines, elle ne sortait plus que difficilement de son lit. Elle allait rarement en cours, ne mangeait presque plus, ne répondait plus au téléphone. Même Rei commençait à s’inquiéter. Le dix-neuvième jour, alors qu’elle n’était pas du tout sortie de son lit de la journée, elle entendit la porte d’entrée s’ouvrir vers midi. Etrange, d’habitude Rei ne rentrait pas le midi. La porte de sa chambre fut ouverte à la volée et ce fut Yusuke qui en franchit le seuil. Il s’attendait à tout, des menaces, des insultes, des objets balancés depuis l’autre bout de la pièce, mais l’indifférence qu’elle afficha le laissa sans voix.

- « Ha c’est toi. »

Et elle se retourna, s’enfouissant profondément sous les couvertures. Yusuke resta un instant sur place, ne sachant comment réagir. Pourquoi ne s’énervait-elle pas ? Il sentit un nœud se former dans sa gorge. Il détestait la voir ainsi. Bien sur qu’il la détestait, mais celle qu’il détestait s’énervait, se rebellait, s’affolait. Celle qu’il détestait vivait. Celle qui était sous ses yeux à présent semblait à peine en vie. Il prit son courage à deux mains et contourna le lit, arracha les couvertures pour la forcer à se lever. Le seul petit détail qu’il avait omis : elle était chez elle, et de ce fait dormait en tenue pour le moins… légère ! Il eut le temps, sans trop s’en rendre compte néanmoins, d’apercevoir un string noir et une nuisette assortie avant que la gifle monumentale de la jeune fille ne l’atteigne. Le bruit mat de ses doigts sur peau résonna un moment dans le silence de l’appartement. Sa peau lui cuisait, et ce n’était pas du qu’à la douleur. Il anticipa les cris qui n’arrivèrent pas. Jetant un coup d’œil prudent, il vit qu’elle s’était recouchée et avait replacé les couvertures complètement au-dessus d’elle. Il soupira. Il aurait du insister mais la vision qu’il avait eue était encore trop nette dans sa tête. Bien sur, qu’il la détestait… Mais alors, que faisais-il ici ?

Perdu dans ses pensées, il rejoignit Rei au salon, lui expliquant en deux mots qu’il n’avait pas réussi. Rei lui servait une tasse de thé quand Jin et Yamashita débarquèrent à l’improviste. Les points de Yusuke se serrèrent involontairement, et quand Yamashita le salua, il le reçut en plein visage. Sous le choc, il recula, les yeux agrandis de peur et d’incompréhension.

- « Mais qu’est-ce qui te prend ? »

- « Joue avec qui tu veux, Pi, mais pas avec elle ! Tu fais ce que tu veux de ta vie et de tes conquêtes, pourquoi avoir choisi cette fille ? »

- « De qui tu parles bordel ? »

- « A ton avis crétin ! »

- « Je pensais que tu la détestais… Tu nous as tellement répété combien elle était chiante, et maintenant tu la défends ? »

- « Je… C’est pas une raison pour jouer avec elle ! »

- « Donc tu l’aimes ? »

- « NON ! »

- « Bon… Alors laisse-moi jouer avec ! »

- « T’es vraiment qu’un… »

Le bras de Yusuke resta suspendu à mi-course alors que son regard se perdait vers la porte dans l’encadrement de laquelle se tenait Ayumi qui avait enfilé un jeans et un t-shirt. Elle était appuyée sur le montant en bois, tenant à peine debout, et un mélange indéfinissable d’émotions contrastaient son visage. Suivant son regard, Yamashita se retourna. Son cœur manqua un battement, il était tellement sur qu’elle n’était pas là… La jeune fille chancela et Yusuke se précipita pour la retenir. Yamashita grommela quelque chose et sortit sans prendre la peine de s’excuser.

***
- « Mais quel con ! »

Yusuke n’était pas encore bourré mais n’en était pas loin. Il avait emmené Ayumi pour boire un verre et se changer les idées.

- « Putain, qu’est-ce que tu trouves à un mec comme lui ? A part faire souffrir les gens… »

Ayumi resta un moment silencieuse, observant avec attention le liquide coloré dans son verre. Elle ne leva pas les yeux quand elle prit la parole, elle parlait avec douceur et on aurait presque pu deviner un sourire sur ses lèvres.

- « Il est mon chez-moi. »

- « Hein ? »

- « Il est mon chez-moi, mon refuge. Ce sentiment. Je suis à la maison quand je suis avec lui. Vraiment arrivée, saine et sauve. Vraiment en vie. Vraiment heureuse. Qui veut du bonheur pour le restant de ses jours ? Tellement intense qu’on a l’impression que le corps humain n’est pas adapté à en supporter autant. Tellement intense… Il est mon chez-moi, parce que le cerveau déconnecte en rentrant, parce qu’avec lui je suis en paix. »

Yusuke sentit son cœur se tordre en entendant ses mots, ils étaient prononcés avec une telle douceur et une telle foi qu’il ne trouva rien à répondre. Il aurait pu discuter des heures sur ce que ce sale type pouvait en penser de tout ça, mais elle le savait probablement déjà. Elle était loin d’être aveugle, et très loin d’être stupide.

- « Ce type ne fait que s’amuser. Quand il en aura marre… »

Elle hocha la tête légèrement et vida le reste de son verre d’un trait.

- « Alors ? Alors pourquoi est-il parti sans rien dire ? »

Yusuke ne sut que répondre. Ce comportement était en effet inhabituel de sa part, d’habitude il aurait trouvé une excuse et si cela n’avait pas marché, il aurait juste souri tristement comme il savait si bien faire pour ses dramas, tout en lui disant qu’elle avait raison. Elle avait soulevé un point : pourquoi était-il parti ? Il paya et soutint la jeune fille jusqu’à son appartement où il la confia à Rei.

***

Cela faisait une heure que Yamashita roulait, et il n’avait toujours pas fait demi-tour. Mais pourquoi était-il parti aussi précipitamment ? Pourquoi ne s’était-il pas expliqué ? Avec tout ça il ne pourrait peut-être plus la revoir… Il ignora sciemment le nœud dans son estomac qui se forma à cette pensée. Peu importait, après tout, qu’il ne la revoie pas ! Qu’est-ce que cela pouvait bien lui faire ? Bon, maintenant que tu es d’accord avec toi-même, fais demi-tour et rentre chez toi ! Mais il continua de rouler longtemps encore.

Il finit par rentrer dans la soirée et retrouva Thoru à son appartement. Il lui fit longuement l’amour, s’efforçant de garder toute pensée loin de lui, mais la jeune fille perdue, abattue, mais les yeux pleins d’espoir venait hanter son esprit. Après cela il roula sur le côté comme à son habitude mais ses yeux restèrent ouverts, regardant fixement devant lui. Il serra les dents et se força au sommeil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.noshamsters.be/niena
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [En cours] Tout le bonheur du monde   

Revenir en haut Aller en bas
 
[En cours] Tout le bonheur du monde
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bonsoir tout le monde !!
» bonjour tout le monde, htc desire
» Mythes et Légendes du monde d'Eldarya
» Tout nouveau dans le monde de la RC
» tcho a tout les bajagiste du monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Japan-love :: écriture :: Fiction-
Sauter vers: